Parcoursup a trois ans : quels positionnements pour les bacheliers technologiques ?

 

Admission post bac (APB) est apparue en 2002 dans certaines Académies pour faciliter l'entrée en classe préparatoire puis a été généralisée et étendue à d'autres formations en 2009, elle a été remplacée en 2018 par Parcoursup, autre plateforme numérique qui s'inscrit dans les objectifs de la loi du 8 mars 2018 relative à l'orientation et à la réussite des étudiants.

En 2020, plus de 15 500 formations sont offertes sur la plateforme et en particulier dans notre secteur après la préparation au DE infirmier en 2019, désormais on y retrouve celle des DE de psychomotricien, d'ergothérapeute, de pédicure-podologue, d'orthophoniste, d'orthoptiste, d'audioprothésiste, de manipulateur d'électroradiologie médicale et de technicien de laboratoire médical.

Parcoursup est devenu le support de la procédure nationale de préinscription pour l'accès aux formations initiales du premier cycle de l'enseignement supérieur, il s'adresse aux lycéens mais aussi aux apprentis, étudiants en réorientation ou aux adultes qui souhaitent reprendre des études plusieurs années après leur bac (ParcourPlus). En 2019 sur 898 000 candidats inscrits sur Parcoursup, 109 224 étaient en reprise d'études.

La procédure permet aux candidats de formuler des vœux ou des sous-vœux pour des formations non sélectives ou sélectives avec une capacité d'accueil affichée, il revient à une commission d'examiner les vœux, de les classer selon des critères attendus, un algorithme calcule l'ordre d'appel dans lequel les propositions d'admission sont envoyées avec plusieurs statuts (oui, oui si, en attente). Rappelons aussi que Parcoursup n'a pas fait disparaître tous les frais à l'inscription (frais de scolarité, achat de matériel) et que des entretiens sont toujours obligatoires et payants après l'admissibilité sur dossier dans certaines formations, sociales notamment.

En 2019, 83% des élèves de terminale soit 639 889 s'étaient inscrits sur Parcoursup, 7 436 678 vœux avaient été formulés dont 74,2% dans des filières sélectives. 567 272 avaient reçu une ou plusieurs propositions d'admission au 17 juillet mais avec des disparités selon la nature du diplôme préparé. Ainsi 22% des terminales en série générale n'ont pas eu de proposition, 30% des bacheliers technologiques et 43% des bacheliers professionnels !

D'autres distinctions se retrouvent et se croisent entre ces trois publics, elles peuvent portées sur le genre, sur le territoire habité par les parents, sur le lycée fréquenté et tout simplement sur l'ambition affichée pour tel ou tel type d'études.

Des correctifs peuvent y être apportés, ainsi en BTS trois groupes de classement sont constitués et en IUT deux , l'un pour les bacheliers technologiques et le deuxième pour les autres candidats, rappelons aussi qu'un taux minimum de boursiers est appliqué et pour l'internat la situation sociale des candidats est aussi prise en compte.

Ces quotas visent à combler une représentation insuffisante des bacheliers technologiques en IUT et des bacheliers professionnels et STS, ainsi le Comité éthique constate pour 2019 que plus de la moitié des STS ESF et SP3S ont un quota de bacheliers professionnels inférieur au pourcentage de ces bacheliers parmi les candidats.

Dans son rapport remis au ministre de l'enseignement supérieur en janvier 2020, ce Comité éthique et scientifique de Parcoursup souligne "la grande diversité des publics qui s'inscrivent et la nécessite de favoriser la démocratisation de l'accès à l'enseignement supérieur, il est ici utile d'accompagner les candidats, de les aider à construire leur projet d'orientation", en particulier dans leur choix des enseignements de spécialité en première générale (plateforme Horizon 21 conçue par l'Onisep).

En 2019, 592 formations IFSI et EFTS étaient ajoutées à la plateforme, 103 000 candidats s'étaient présentés pour l'un des 326 IFSI et s'étaient vu offrir 33 000 places, soit un taux moyen de réussite de 32%. Nombreux d'entre eux avaient émis plusieurs vœux et sous vœux d'où pour 2020 l'obligation de ne pas dépasser plus de 5 vœux afin d'identifier les préférences géographiques des candidats et éviter aux jurys au sein de 40 regroupements territoriaux un burn out !

Les inquiétudes en 2019 de voir les bacheliers technologiques évincés au profit de ceux généraux ou professionnels ne se sont pas produites, ainsi les bacheliers ST2S ont été les premier à intégrer un IFSI avec 37% suivis de ceux S avec 29% et ES de 13%. 10 à 15% de bacheliers professionnels ont été retenus, une étude publiée par l'APSMS en février 2020 donne par département et par établissement les résultats. Il restera à être vigilants dans les prochaines années, à suivre la formulation des attendus et des critères, à interroger le pourcentage d'abandon ou de redoublement dès la première année.

Il restera à convaincre les bacheliers technologiques de "sortir de leur zone de confort", de mettre en valeur leur engagement associatif, leurs activités culturelles et sportives, d'accepter des séjours linguistiques... Il restera aux lycées de multiplier les projets d'action, d'encourager la prise de parole, l'argumentation et de se rapprocher des instituts de formation et des professionnels en signant des conventions (rencontres, stages...).