Les métiers en 2030 : quelle place pour les métiers paramédicaux ?

 

 

Alors que le lycée s’interroge à cette période sur l’orientation des futurs bacheliers, sur les formations supérieures les plus adaptées au profil des lycéens et à leurs besoins, Parcoursup fait l’objet comme chaque année de critiques qui visent l’outil mais aussi le principe de sélection accusé de freiner les ambitions qui sont le plus souvent celles du miroir social parental et pas souvent du besoin social.

Peu d’acteurs dans ce jeu font référence à l’adéquation entre formations, diplômes et offres d’emplois aujourd’hui et encore moins demain !

Il en est de ce débat comme celui actuel de la place des mathématiques dans le Secondaire, discipline qui n’a de réelle portée théorique et pratique que pour une minorité de futurs étudiants (écoles d’ingénieurs, de commerce, de finances…) sauf si l’on considère cette discipline comme la seule apte à rassurer certaines familles en triant les futures classes sociales supérieures ! Le scénario macro-économique proposé dans ce rapport sur les métiers qui vient de paraître (83 métiers et 37 secteurs observés) est certes prospectif mais offre un cadre sur le marché de l’emploi à partir de plusieurs scénarios sur les postes à pourvoir, les métiers en tension en ne sous-estimant pas le rôle des déterminants démographiques, économiques, technologiques, environnementaux dans les dix prochaines années.

La crise du Covid (2020), celle du retour de la guerre en Europe (2022) et la transition climatique sont aussi autant d’événements qui doivent nous apporter de la modestie dans nos modèles et nous inciter à nous projeter dans un autre monde, dans d’autres logiques, dans d’autres politiques publiques !

Alors que notre filière sanitaire et sociale s’interroge à tort sur sa contribution à répondre aux attentes de demain car trop souvent se sous-estime, la lecture de ce rapport nous apporte aujourd’hui confiance et confirmation de notre utilité sociale, il reste à traduire cette réalité auprès des élèves trop souvent victimes de stéréotypes de genres qui brident leurs compétences et projets dans le Supérieur, combien à l’issue de leurs études technologiques optent pour aide- soignant ou aide à domicile plutôt qu’infirmier ou éducateur…

Entre 2019 et 2030, 640 000 jeunes vont s’insérer chaque année dans l’emploi et 760 000 postes seront à pourvoir.

Parmi ceux-ci 410 000 postes seront créés entre 2019 et 2030 dans le secteur médical, paramédical, soit une hausse de 18% des postes d’infirmier et de sage-femme.

Les emplois du Supérieur seront particulièrement recherchés alors que les départs en fin de carrière vont se multiplier et pourront générer des déséquilibres entre l’offre et la demande.

 

Le rapport dresse ainsi une typologie des métiers d’ici 2030, ceux particulièrement attractifs dont ceux de la santé, ceux d’une première expérience (jeunes en début d’activité), ceux de seconde partie d’expérience et ceux qui auront du mal à recruter.

Il est urgent de rapprocher les mondes de la formation et celui de l’emploi sans perdre de leurs valeurs respectives pour guider les politiques sociales mais aussi les décisions individuelles en matière d’orientation, de formation initiale et continue mais aussi de reconversion !

 

Dans toutes les hypothèses, les métiers de la santé sont dans une tendance dynamique jusqu’en 2030., la série ST2S a toute sa place dans ce défi économique mais aussi social, culturel.

Source : « les métiers en 2030 », Rapport du Groupe Prospective des métiers et qualifications sous la Direction de Jean Christophe Sciberras, Dares et France Stratégie, Mars 2021

https://dares.travail-emploi.gouv.fr/dossier/les-metiers-en-2030