Des certitudes mais aussi des interrogations en cette fin d’année

 

 

 

En ce début juillet, quelques certitudes avec une rentrée scolaire 2022/2023 fixée au jeudi 1 septembre pour les élèves, un nouveau ministre de l’Education Nationale et de la Jeunesse, une nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche depuis le 20 mai, une nouvelle ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnelle depuis le 4 juillet.

Une circulaire de rentrée publiée le 29 juin confirme la réforme du lycée général et technologique « désormais stabilisée même si certains ajustements pourront s’avérer nécessaires », les programmes et modalités d’examens inscrits dans le temps au moment où les associations de professeurs spécialistes s’interrogent dans un communiqué en date du 3 juillet sur le bilan du Bac et attendent « une remise à plat et le retour à des épreuves terminales, nationales et anonymes ».

 

En ce début juillet, les premiers résultats provisoires du bac (premier groupe) ont été publiés et indiquent une baisse par rapport à juillet 2021, en particulier dans les séries technologiques comme en ST2S avec 82,7% de réussite, STI2D avec 81,5%, STL avec 81,9% et STMG avec 78,3%.

Rappelons que cette année, ce sont 22 214 candidats qui se présentaient au Bac ST2S (métropole et Drom) contre 22 261 en 2021, soit 15,6% des effectifs de la filière technologique (55,2% pour STMG et 19,8% pour STI2D).

Cette baisse s’explique-t-elle par les effets de la crise sanitaire sur les emplois du temps et les programmes ou plus certainement par le retour d’épreuves écrites terminales de spécialité ?

 

En ce début juillet, d’autres certitudes et questions sur l’orientation post bac des bacheliers ST2S qui attendent encore pour certains les dernières propositions au 15 juillet de la plateforme Parcoursup (à l’exception de la phase complémentaire et de l’apprentissage).

Les référentiels des BTS ESF et SP3S applicables à la rentrée 2022 ont été rendus publics (arrêtés du 24/1/2022) après la réforme des DUT devenus BUT en 2021, les candidatures pour entrer dans les IFSI et IRTS témoignent de l’engouement pour ces formations et offrent une vraie opportunité pour le projet d’étude de nos élèves.

 

En ce début juillet, tous les postes mis aux concours en 2022 dans notre discipline ont trouvé un titulaire alors que le déficit de candidatures et de lauréats est remarqué dans de nombreuses matières, ce point de satisfaction n’efface pas le constat de nombreux établissements contraints de faire appel à des contractuels et vacataires faute de titulaires recrutés, combien de classes se retrouvent sans enseignants au cours de l’année ?

 

En ce début juillet, la filière professionnelle interroge sur son avenir, priée de s’aligner sur les dispositifs d’alternance et d’apprentissage.

La réforme était annoncée par les décideurs publics et prend tout son sens avec l’annonce d’un ministère sous l’autorité conjointe de l’Éducation et du Travail soucieux de rapprocher la formation du terrain, des besoins locaux, des attentes des entreprises.

La filière technologique n’est pas interpellée dans l’instant sur ces attentes publiques compte tenu de ses exigences scientifiques et techniques, de ses parcours post bac mais devra toujours veiller à ce que ses formations présentent un potentiel analytique et réflexif, une activité technologique ne doit pas se confondre avec une action professionnelle même si elle est plus séduisante pour l’apprenant !

Dans le passé, il n’a pas toujours été facile de se séparer des périodes de stage qui se rapprochaient de l’exécution plutôt que de la conception, il n’a pas toujours été évident d’encourager les élèves à avoir de l’ambition, de différer leur entrée dans la vie active alors qu’un salaire leur était promis dès le bac, les enjeux restent les mêmes aujourd’hui !

 

Bonnes vacances à toutes et à tous !