Rechercher
  • APSMS

Quels emplois et formations pour l'Economie Sociale et Solidaire ?

Chaque année, depuis dix ans en novembre, nombre d'événements mettent en valeur le secteur de l'Economie Sociale et solidaire (ESS). Comme l'a rappelé Nicolas Hulot, Ministre de la transition écologique et solidaire, l'ESS représente désormais en France 10% du PIB, 2,3 millions de salariés et plus de 12 millions de bénévoles. présents dans 202 000 établissements. La dernière loi sur l'ESS de juillet 2014 présente ce secteur comme "une économie de l'exigence fondée sur des valeurs de gouvernance démocratique et participative, de lucrativité limitée et d'utilité sociale".

Le Centre d'information et de documentation jeunesse (CIDJ) dans une publication de 2017 précise que son poids prépondérant concerne :     - l'action sociale : 61% des emplois du secteur, 1 million de personnes (aide à domicile, hébergement, médico social...)     - l'enseignement, la formation : 19% des emplois (gestion des établissements de l'enseignement catholique, structures d'enseignement professionnel...)     - les activités financières, bancaires et d'assurance : 31% des emplois (mutuelles, banques coopératives...)     - la santé : hôpitaux, centres de santé, maisons de retraite...     - les sports et loisirs : 54% des emplois (clubs sportifs...)     - les arts et spectacles : 26,7% des emplois

Il ne fait aucun doute que l'ESS est porteur d'emplois et de formations pour les bacheliers ST2S mais aussi pour les techniciens titulaires des BTS ESF ou SP3S. Nombre d'entre eux à la sortie de leurs études travaillent dans ce secteur grâce à la volonté des enseignants pour les informer sur cette branche professionnelle. C'est aussi une opportunité pour adapter nos diplômes supérieurs aux besoins de ces professionnels en actualisant les référentiels et pourquoi pas en travaillant sur un nouveau diplôme transversal aux différentes compétences attendues par ce secteur pour éviter la segmentation des licences professionnelles de l'offre actuelle. Cette Lettre a pour objectif de présenter un bilan de l'emploi dans l'ESS et les différentes formations proposées à partir d'extraits de rapports publiés sur ce sujet.

L'emploi en 2016 dans la filière de l'ESS : Dans l'étude publiée sur le site "Recherches et solidarités" en 2016, l'ESS pèserait 12,8% des emplois privés en France, soit un emploi sur 8 avec des effectifs en augmentation de 6% entre 2008 et 2015. Présentation générale : Les auteurs du rapport analysent le secteur des associations, coopératives, mutuelles et fondations. Ils rappellent que l'emploi associatif représente 9,8% des emplois du secteur privé avec 166 872 établissements et  1 853 000 salariés., il est plus important à titre comparatif que celui de la construction ou des transports. Ce seul secteur pèse 83% des employeurs, 77% des effectifs salariés et 69% de la masse salariale de l'ESS ! Les associations ont en moyenne par établissement 11,1 salariés qui disposent chacun d'un salaire annuel moyen de 21 122 € (source ACOSS, URSSAF, MSA). 53% des associations ont moins de 3 salariés mais 4,8% en déclarent plus de 50, principalement dans le secteur sanitaire et social. Les moins de 30 ans représentent 18% des effectifs, soit environ 420 000 jeunes. 68% des salariés sont des femmes contre 40% dans l'économie privée et 60% dans le secteur public. Les entreprises de l'ESS accueillent 15% de cadres. L'ESS en région dans le secteur privé : Selon les régions, l'emploi représenté par l'ESS varie entre 8,8% (Ile de France) et 16,3% (Bretagne), la moyenne française rappelons le étant de 12,8%. Dans le Grand Est, par exemple on comptait 204 697 emplois, soit le dixième rang des dix sept régions étudiées. Selon les départements, l'emploi varie de 9% à 20%, sept départements en comptent un maximum (Lozère, Creuse, Cantal, Aveyron, Haute Loire, Tarn, Deux Sèvres) et six un minimum.

Evolution de l'emploi dans les associations: De 2012 à 2016 l'emploi associatif se redresse même si le nombre d'établissements est à la baisse la dernière année. Des faiblesses sont enregistrées dans le secteur de l'aide à domicile et de la culture.

Evolution de l'emploi dans les fondations : Les fondations représentent 3,5% des emplois de l'ESS et un peu plus de 4% de la masse salariale au sein de 1 536 établissements. Entre 2011 et 2016 leur nombre a progressé de 21% et leurs effectifs salariés de 19,5%.     Evolution de l'emploi dans les coopératives : .Les coopératives représentent 26 200 établissements avec des effectifs qui se montent à 313 600 dont 47, 4% pour le régime agricole. L'année 2016 est marquée par un léger repli des effectifs salariés, pour une grande part liée aux coopératives agricoles.

Evolution de l'emploi dans les mutuelles : Ce secteur représentait en 2016 7 500 établissements et 157 000 salariés. Dans le régime général, on recensait 1 860 sociétés d'assurance mutuelle, 5 115 mutuelles de santé et 28 autres organismes mutualistes. Après une augmentation de 1,5% des effectifs en 2014, les années 2015 et 2016 ont été marquées par la stabilité.

De son côté, l'Union des employeurs de l'ESS (UDES) publiait en 2012 un rapport mettant en évidence 12 branches de l'ESS :     - Branche des acteurs du lien social et familial     - Branche de l'aide, de l'accompagnement, des soins et des services à domicile     - Branche de l'animation     - Branche des foyers, résidences sociales et services pour jeunes     - Branche des logements sociaux     - Branche des Missions locales et PAIO     - Branche de la mutualité     - Branche de la radiodiffusion     - Branche des régies de quartier     - Branche des sociétés coopératives et participatives     - Branche du sport     - Branche du tourisme social et familial

Les formations de l'ESS : En 2012, l'Observatoire national de l'ESS et le Conseil national des Chambres régionales de l'ESS publiaient un répertoire sur "les formations transversales en ESS et insertion professionnelle" avec la collaboration de la Caisse des dépôts, de l'association des régions de France et du Ministère des Solidarités. Soixante douze formations étaient proposées, du bac+2 au bac+5 dans différentes régions sachant que les BTS n'y figuraient pas. On pouvait ainsi sous forme de fiche découvrir chaque formation universitaire ,liste qui ne semble pas avoir été actualisée depuis (exemples ci dessous).     - DUT : Gestion de développement et de l'action humanitaire     - DEUST : Métiers de l'aménagement et des activités sociales, mention ESS     - Licences professionnelles : Management des organisations de l'ESS, Intervention sociale, des Métiers de la cohésion sociale     - Master 2 : Gestion des entreprises sanitaires et sociales, Management des associations, Diagnostic social et économie solidaire

Perspectives de recrutement : Le CIDJ dans sa publication d'octobre 2017 s'essaye aux perspectives de recrutement dans ce secteur en rappelant que 400 000 emplois nouveaux ont été crées entre 2010 et 2015. A l'horizon 2025 en raison des départs en retraite, 714 000 postes seraient à pourvoir, principalement dans les secteurs de l'action sociale, de la formation et de l'enseignement, de la santé et des activités financières et d'assurance. Dès 2020, 110 000 postes seraient libres. Les niveaux requis concerneraient tous les niveaux de qualification en rappelant que certains métiers exigent un DE ou un certificat d'aptitude.     - Métiers fortement touchés par les départs en retraite (extraits) : aide à domicile, aide ménagère, travailleur familial, aide soignant, infirmier, assistant de direction     - métiers émergents : animateur de collectifs, de réseaux, conseiller mutualiste, chargé de développement, responsable de pôle action sociale..

Quelques sites de référence : www.udes.fr : Union des employeurs de l'ESS www.cncres.org : Conseil national des chambres régionales de l'économie solidaire www.ess-europe.eu : Observatoire européen de l'ESS